Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 11:08

houx.jpg

 

 

Chers Lallinoises, Lallinois,

Chers Concitoyens,

 

Au nom de notre groupe, je vous présente des vœux de bonne et heureuse année.

Que 2014 vous apporte, à vous, adultes et familles, la joie, la santé, l’épanouissement dans la vie personnelle et professionnelle et, pour celles et ceux qui sont en recherche d'emploi, un travail qui puisse leur donner fierté, et dignité.

 

Notre société subit depuis quelques années un profond bouleversement : les jeunes n'ont plus de repères, de perspectives d'avenir…, le chômage est une plaie ouverte, l’économie pose de réels problèmes dans tous les foyers…

Aussi il est urgent de revoir les enjeux politiques car les recettes du siècle dernier ne sont plus adaptées au monde actuel ; réalité qui s’applique également à la conduite de la politique locale.

 

Les années à venir doivent être celles de la COHESION SOCIALE et de la SOLIDARITE.

 

Notre groupe a déjà montré, par son implication dans la vie politique communale, qu’il était là pour servir l'intérêt général et non pour améliorer un parcours personnel...

Notre groupe est ouvert à toutes sensibilités, à toutes celles et ceux qui veulent « FAIRE PROGRESSER LALLAING »" sans appartenance à une famille politique exclusive, rejetant toutes consignes de parti et sans colporter une idéologie.

Bonne Année à tous.


Christian GRZEMSKI

vos commentaires par e-mail:agirpourlallaing@aliceadsl.fr

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 22:54

A l'attention de Bruno ROBIN

Bonsoir Bruno,

Je viens de lire sur ton blog la lettre que tu as adressée au Procureur de la République et je tiens à t’assurer de mon entier soutien.

 

Plus rien ne me surprend à Lallaing… acte de vandalisme gratuit ou intimidation pré-électorale ? Tout est possible, mais ayant une bonne connaissance des campagnes électorales passées, je crains qu’il ne s’agisse effectivement là que de l’illustration de l’intelligence des faibles, de ceux qui sont incapables de se confronter sur le terrain des idées.

Pour le moins, la campagne de 2008 aurait du t’éclairer…

Déstabiliser, intimider, semer le trouble, la peur…  sont malheureusement une constante de la part de certains adversaires qui considèrent que l’autre est un ennemi (au sens guerrier du terme) donc qu’il doit être éliminé…. lui et ses colistiers… Pour ces gens, la confrontation politique est avant tout un combat où tous les coups sont permis…..les idées c’est pour plus tard… beaucoup plus tard…  voire jamais. Quant à la Démocratie, cela reste un mot dont ils méconnaissent le sens et la portée.

Lorsqu’en mars 2008, mes affiches ont été souillées par des signes et des commentaires ignobles, j’ai vainement attendu le sursaut républicain….

Lorsqu’en mars 2008, des colistiers ont subi des pressions d’intimidation sur leurs lieux de travail, j’ai également vainement attendu le sursaut républicain….

Lorsque à plusieurs  reprises,  j’ai évoqué le climat délétère ambiant, les risques de dérapage pour la campagne à venir, l’absence de politesse et de respect mutuel notamment au cours des séances du Conseil Municipal, j’ai souvent été raillé par bien évidemment des anonymes certainement intéressés par la persistance d’une telle situation et j’attends toujours le sursaut républicain…

 

Lorsque  à plusieurs reprises, j’ai évoqué des manquements graves à l’éthique professionnelle de certains agents municipaux dont  notamment  l’absence d’une  totale neutralité politique qu’implique le devoir de réserve auquel ils sont soumis ;  je n’ai  obtenu aucun soutien et j’attends là encore le sursaut républicain

 

Malgré tous ces manques de courage politique ; pour autant je n’accepte pas et je  n’accepterai jamais ce type d’agissements dont tu  es victime aujourd’hui…  en effet, on sait comment cela commence mais quant à sa fin, on peut tout supposer…

 

Ta démarche est  légitime mais je crains hélas que, tout comme moi, bien que victime tu devras en supporter les conséquences….

Reste l’esprit républicain  A quand un front commun pour éradiquer définitivement des comportements indignes de tout engagement politique ?

 

Je te réitère mon soutien dans ce type d’épreuve.

Bien cordialement

 

Christian GRZEMSKI

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 19:10

MEILLEURS VŒUX A TOUS

POUR UN NOEL

PLEIN DE JOIE ET DE BONHEUR 

 

pere noel

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:40

Bonjour à toutes et à tous,

Je souhaite vous faire partager cette information publiée ce jour  par : 

  « Alliance pour le Douaisis »,   

  - Association pour la formation et l'information des adhérents et sympathisants de l'UMP, de l'UDI, de CPNT et des non inscrits divers droite -   

 Suppression du quotient conjugal : la mesure de trop pour les familles nombreuses !

       par Michèle TABAROT, députée des Alpes Maritimes

Les centaines de milliers de familles nombreuses imposables ont déjà eu à subir de plein fouet le double rabot du quotient familial et la réduction des aides pour les emplois à domicile.

Le gouvernement, sous la pression de l'opposition, a dû reculer in extremis alors qu'il voulait supprimer totalement la réduction d'impôts pour les enfants scolarisés.

Mais l'obsession anti-familles de la gauche n'est malheureusement pas finie. Voilà désormais que le Gouvernement veut supprimer le quotient conjugal au prétexte de l'égalité hommes/femmes.

On voit mal comment cela pourrait contribuer à renforcer l'égalité entre les hommes et les femmes, mais on voit très bien que cela pourrait se traduire par une augmentation d'impôts brutale pour tous les ménages où l'un des conjoints gagne moins que l'autre. 

Sont concernées, au premier chef, toutes les familles nombreuses où l'un des conjoints a choisi de se mettre à temps partiel ou d'arrêter son activité pour s'occuper de ses enfants.

Cet entêtement à vouloir asphyxier fiscalement les familles est une grave erreur.

Ces familles, constituées pour l'essentiel de classes moyennes, font partie des forces vives de la nation : ce sont elles qui travaillent, ce sont elles qui élèvent des enfants, ce sont elles qui sont endettées pour se loger, ce sont elles qui paient les retraites, ce sont elles qui consomment et investissent…

Bien cordialement à tous.

Pour l’équipe « AGIR pour LALLAING"  

Christian GRZEMSKI,    

Conseiller Municipal  

Secrétaire-Adjoint « Alliance pour le Douaisis »  

 

Vos commentaires par e-mail : agirpourlallaing@aliceadsl.fr

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:12

Ce samedi 14 décembre 2013, s’est tenue  l’assemblée générale de l’ACPG de LALLAING en présence de :

 

  • Monsieur Jean-Jacques CANDELIER, notre député

                      Vice-président de la Commission de la Défense à l’Assemblée Nationale

  • Monsieur Thierry DANCOINE, notre maire

  •  Madame Nicole MARFIL, 1ère Adjointe

  • Le Lieutenant ‘Colonel Frédéric WEUGUE, délégué militaire départemental

                                                            à l’Etat-Major Interarmées Zone de Défense Nord

 

Après une minute de silence en hommage aux anciens combattants décédés et aux militaires de l’armée active décédés en opérations, Monsieur Michel PAPON, secrétaire, a procédé à la lecture du rapport moral particulièrement riche en évènements.

 

 

                                                         scan01-010-copie-1.jpg


Monsieur le Maire a tenu à souligner la qualité des interventions et du travail effectuée par notre association notamment dans les échanges et la mise en commun d’idées avec la Société Historique locale  et tout particulièrement avec l’Education Nationale par le biais des écoles primaires de notre commune.

                                                                       

Quant à Monsieur le Député, il a tenu à relever la vivacité de cette association dont la réputation et l’engagement pour le Devoir de Mémoire dépasse les limites de la commune de LALLAING et compte beaucoup sur l’implication des jeunes générations pour maintenir le flambeau de cette mémoire collective.

 

Cette assemblée générale a aussi été l’occasion pour honorer :

 

  • Monsieur Irénée HOUSEAUX, ancien combattant de la guerre d’Algérie, qui s’est vu remettre par le Président de l’ACPG la médaille de la Reconnaissance Nationale.

 

                                                              scan01-025-copie-2.jpg       

  • En  présence du drapeau « Passeurs de Mémoire » porté par Margaux Monsieur Sylvain BOCQUET Directeur de l’école Dunant-Montessori, a reçu du Lieutenant-Colonel WEUGUE le diplôme de sa participation à la Réserve Citoyenne ainsi que son insigne et grade d’appartenance.

     

                                                                scan01-030-copie-1.jpg

 

  • Puis Monsieur Henri DEBONNET, Président de l’association France-Belgique a accroché sur le drapeau de l’association la cocarde aux couleurs de la Belgique, représentant la distinction qui a été délivrée par Monsieur Xavier DUPONT, Bourgmestre d’ECAUSSINES sur proposition de Monsieur MAUCQ, Président de l’Armée Secrète Belge, faisant notre association « Citoyenne d’Honneur » de la ville d’ECAUSSINNES. 

                                            scan01-034-copie-1.jpg

  • Enfin, un moment moins solennel mais rempli d’amitié a clos cette remise de récompenses par un cadeau amical à notre Président d’Honneur, Monsieur Claude DESORT pour les instants de suppléance qu’il accorde à notre association.

                                            scan01-040.jpg

Décoré et promu ont ensuite partagé avec l’assemblée le verre de l’amitié offert par la Municipalité.

                                                     

scan01-046-copie-1.jpg 

 

 

  scan01-052-copie-1.jpg 

 

Christian GRZEMSKI,

Président de l’ACPG,

Conseiller Municipal

 

Crédit photos : Municipalité

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 11:34

   bonjour à toutes et à tous,

en ces temps particulièrement difficiles pour nombreux d'entre-nous, je souhaite vous faire partager ces quelques lignes que m'a adressé un ami et qui résument bien ce que nous vivons au quotidien..

Bien cordialement

 

     C'est vraiment la crise !

Les problèmes des boulangers sont croissants...

Alors que les bouchers veulent défendre leur beefsteak,

Les éleveurs de volailles se font plumer,

Les pêcheurs haussent le ton !

Et bien sûr les céréaliers sont "sur la paille".

Par ailleurs, alors que les brasseurs sont sous pression,

Les viticulteurs trinquent.

Pour les couvreurs, c'est la tuile et certains plombiers prennent carrément la fuite.

Dans l'industrie automobile, les salariés débrayent, dans l'espoir que la direction fasse marche arrière.

Chez EDF, les syndicats sont sous tension, mais la direction ne semble pas au courant.

Les cheminots voudraient garder leur train de vie, mais la crise est arrivée sans crier gare, alors...

Les veilleurs de nuit, eux, vivent au jour le jour.

Pendant que les pédicures travaillent d'arrache - pied,

Les croupiers jouent le tout pour le tout,

Les dessinateurs font grise mine,

Les militaires partent en retraite,

Les imprimeurs dépriment et les météorologues sont en dépression.

Les prostituées, elles, se retrouvent à la rue.

Amis : c'est vraiment une mauvaise passe...

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 09:44

 

l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux  « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie,

 

Ce jeudi 05 décembre 2013, les A.C.P.G de l’arrondissement de DOUAI se sont déplacées à PARIS  pour participer à la cérémonie présidée par Monsieur Kader ARIF, Ministre délégué auprès du Ministre de la Défense, chargé des anciens combattants.

 


  100 4889

  revue des troupes par le Ministre et le Gouverneur militaire de PARIS

 

 

                                                                                                           100 4890                          

                                                                                                                             discours de Kader ARIF, Ministre

 

Bien évidemment, l’ACPG de Lallaing était présente accompagnée de son Président, de son trésorier et de plusieurs adhérents ainsi que de leurs épouses.


 100_4898.JPG

                                   les armées

 

 

                                                                                100_4907.JPG

 

                                                                                                                   les gardes républicains

 

100 4912

 

                                         les porte drapeaux

 

 

Cette commémoration s’est déroulée en fin de matinée, en présence de très nombreux participants, devant le mémorial national situé quai Branly à PARIS.

 

 

 

 100_4902.JPG

                            le drapeau de la Garde

 

 

                                                                            100_4909.JPG                                                                                                         les anciens combattants

 

 

 

100 4891

                 un moment d'échange avec notre Président

 

 

A l’issue de  la cérémonie, les A.C.P.C ont  été accueillies à l’Ecole Militaire pour un déjeuner  très convivial.


L’après-midi fut consacré à une visite guidée de PARIS, en autocar.


                                              100 4928

                                                                             le Louvre et Notre Dame

 

 

Pour leur plus grand plaisir, les participants ont pu découvrir les Invalides, le pont Alexandre III, le grand Palais,  la Tour Effel, le boulevard HAUSSMAN 


 100_4931.JPG

                                      l'opéra Garnier

 

 

 

                                                                                     100_4877.JPG

 

                                                                                                                    la Tour EFFEL

 

Remonter les Champs Elysées avec les illuminations de Noël et son blanc marché de Noël.


                                            100_4930.JPG                             

                                                               l'avenue des champs Elysée


 

 Place de l’étoile, un arrêt à  l’arc de Triomphe s’imposait ….    

 

                                                          

                                          100_4934.JPG

 

                                                                              l'Arc de Triomphe

 

 

avant de prendre le chemin du retour, après une journée riche en émotion et en souvenirs.

Merci à tous les participants.

Christian GRZEMSKI, 

 Président des ACPG

Conseiller Municipal 

 

Crédit photos : A.C.P.G de lallaing

 

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 16:45

Bonjour à toutes et à tous,

Je souhaite vous faire partager cette information publiée ce jour  par : 

  « Alliance pour le Douaisis »,   

  - Association pour la formation et l'information des adhérents et sympathisants de l'UMP, de l'UDI, de CPNT et des non inscrits divers droite -   

Les citoyens lallinois retraités qui ont eu 3 enfants et plus sont en effet concernés.

 

Le Sénat refuse une nouvelle baisse du quotient familial

En hémicycle, les Sénateurs UMP ont dénoncé une attaque en règle contre la famille et la remise en cause d’une mesure datant du Conseil National de la Résistance, qui permet à la France de bénéficier d’une natalité dynamique, mais aussi de traiter de manière plus égale des foyers de composition différente mais de même niveau de vie.

Fiscalité des retraités – Encore un texte rejeté par le Sénat !

 

Rejet de la fiscalisation des majorations de retraites pour charge de famille

Les sénateurs UMP se félicitent du rejet par la Haute Assemblée de la soumission à l’impôt sur le revenu des majorations de retraite pour charges de famille.

L’ancien ministre, Gérard Longuet, a défendu « la certitude que la solidité intergénérationnelle mérite d’être reconnue et respectée », en précisant qu’il s’agit d’ « une réalité qui économise à l’Etat ». « Pourquoi pénaliser la famille ? » s’est-il indigné.

Le sénateur de Seine-Saint-Denis, Philippe Dallier, a rappelé « qu’il existe actuellement 5,4 millions de bénéficiaires de cette mesure. Parmi eux, 1,8 millions de paient pas d’impôt sur le revenu.

Mais combien, demain, tomberont sous le coup de cet impôt ? Et pas seulement sous celui-ci, mais également sous le coup de la taxe d’habitation et de la redevance audiovisuelle, dont l’exonération est conditionnée à la non-imposition !

Ce matraquage fiscal des retraités est indigne !  s’est-il exclamé.

Bien cordialement à tous.

Pour l’équipe « AGIR pour LALLAING"  

Christian GRZEMSKI,    

Conseiller Municipal  

Secrétaire-Adjoint « Alliance pour le Douaisis »  

 

Vos commentaires par e-mail : agirpourlallaing@aliceadsl.fr

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 15:56

Bonjour à toutes et à tous,

 

En liaison avec la réforme des « Rythmes Scolaires » ou  plus exactement de "l’aménagement du temps de l’enfant", je vous invite à parcourir cet article formateur publié ce jour par « LE MONDE »

« D’où viennent les mauvais résultats de l'école primaire en France ? »

- Mis à jour le 22.11.2013 à 11h02

Dans les mois à venir, les programmes du primaire, en date de 2008 vont être réécrits. Les enseignants viennent d’être sondés sur leur appréciation et leur application de ces textes. Pourtant, selon le rapport de l’inspection générale intitulé "Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l’école primaire de 2008", que Le Monde s’est procuré, les mauvais résultats de l’école primaire française qui n’apprend à lire et compter qu’à 80 % des enfants, ont des racines plus profondes que la seule mise en cause des programmes. Dix grandes leçons ressortent du travail collectif remis au ministre en juin 2013.

 Leçon 1 : pourquoi trop d’écoliers ne lisent pas

"Ce qui frappe dans ce domaine de la lecture, c’est que la majorité des maîtres ne dispose pas des cadres théoriques minimaux, ce qui ne leur permet pas d’être lucides quant à leurs pratiques. Ils ne différencient pas les composantes des compétences de compréhension et ne peuvent donc pas les faire travailler explicitement. Ils n’ont guère de repères pour juger de la complexité des textes qu’ils proposent et n’ont souvent de critères de choix que la longueur ou le thème : sur cette base, ils ne peuvent pas penser des 'progressions' mais seulement des 'programmations'". 

Si l’on lit bien le rapport de l’inspection générale, signé par Philippe Claus, les enseignants qu’on devrait former prioritairement à l’enseignement de la lecture croient bien faire, mais manquent d’abord de compétences. Un effet de la suppression de la formation initiale sous le gouvernement précédent, mais aussi une lacune plus profonde car l’enquête n’a pas été menée auprès des seuls jeunes enseignants.

Et l’IG d’ajouter "certes aucun maître n’est démuni face à la lecture, sans doute parce qu’il y a toujours quelque chose à faire lire, parce qu’il existe des manuels et des fichiers fournisseurs de questionnaires de compréhension et des éditions d’œuvres littéraires aujourd’hui souvent accompagnées d’un corpus d’exercices. De ce fait, le besoin de (re)penser cet enseignement n’est pas ressenti. C’est pourtant urgent." L’heure est donc grave en la matière ! 

Leçon 2 : lire n’est pas que déchiffrer

"98 % des enseignants du cycle 2 ont le sentiment d’enseigner de manière satisfaisante la 'technique' de la lecture et 96 % pensent faire de même pour ce qui est de la compréhension des textes. Un peu plus de 80 % disent effectuer correctement ce qui est requis d’eux sur les œuvres intégrales et 78 % se montrent satisfaits de ce qu’ils font en matière de lecture à haute voix. Pour certains, le travail pourrait être plus approfondi mais tous disent s’acquitter du programme en matière de lecture."

Lorsque Philippe Claus interroge les enseignants tout va donc pour le mieux ! Et pourtant l’inspecteur ajoute que "les observations ne confortent pas forcément ces scores satisfaisants. Si quelque chose a évolué dans les dernières années, c’est sans doute la conscience de ce qui est exigible au cours préparatoire et la nécessité alors de mettre en œuvre un enseignement systématique, structuré, exhaustif des correspondances graphophonologiques. Mais cette avancée a un revers : l’enseignement du code et de la combinatoire est souvent devenu l’affaire du seul CP avec un manque de suivi approfondi au CE1, une absence du renforcement nécessaire pour parvenir à l’automatisation, seul gage de plein succès en lecture. Les élèves les plus faibles ne sont pas pris en charge à proportion de leurs besoins dès cette seconde année du cycle 2, ce qui fait dire à certains inspecteurs que le début du 'décrochage' date de ce moment-là."

Et ceux qui n’ont pas eu assez de temps en CP ont du mal à combler les lacunes en CE1. "De manière assez générale, le temps de lecture décroît fortement du CP au CE1. Les écarts extrêmes observés au cours de l’enquête vont de plus de cinq heures hebdomadaires au CP à moins de deux heures au CE1. Ce que doit être l’enseignement de la compréhension est encore mal assimilé. La découverte des textes, quand la maîtrise du code commence à s’installer, n’est pas enseignée avec méthode. La compréhension est traitée, en collectif, de manière superficielle et globale, sans distinction entre les composantes cognitives de niveaux différents qui la constituent. Pour les maîtres eux-mêmes les stratégies que les élèves doivent mettre en œuvre pour apprendre à comprendre ne sont pas explicites. Il manque donc aux maîtres des compétences importantes que la formation ne leur offre pas. Ce défaut semble valoir aussi bien pour les maîtres depuis longtemps dans les classes, qui n’ont donc pas bénéficié des derniers apports de la science et pour les nouveaux venus, sans formation depuis 2008."

 Leçon 3 : les élèves n’écrivent plus

"La pratique de l’écriture manuscrite longue (plus de 10 lignes) reste rare, toutes formes d’activités confondues, ce qui empêche les élèves d’acquérir l’aisance et la vitesse qui seront utiles, dans la prise de notes par exemple. Il est dit que l’effort d’écriture rebute les élèves, et on le leur épargne." Le constat est sévère. Rien ne permet de l’infirmer si ce ne sont les contre exemples positifs. "Des enseignants qui pratiquent  l’écriture libre trouvent que 'l’écrit se libère', ce qui rend plus aisée la rédaction sur sujet imposé. Il importe de signaler que ces pratiques ont été observées dans des écoles de l’éducation prioritaire ; leur efficacité montre qu’il est possible d’être exigeant et que, dans ces écoles, les ambitions que l’on se donne le plus communément sont trop réduites."

Leçon 4 : élaguer les programmes

L’inspection générale a observé tout au long de son enquête que les 10 heures hebdomadaire de français en cycle 2 et les 8 heures en cycle 3 sont respectées. La demande des enseignants serait même d’en faire plus. "Globalement, les équipes pédagogiques qui ne jugent pas les programmes de français trop lourds, voire 'infaisables', sont rares ; ce fut le cas, durant l’enquête, dans une seule école (située en secteur rural, accueillant des élèves de milieux sociaux divers, connaissant une stabilité de ses enseignants). Mais même quand ils considèrent que la charge est excessive, tous les maîtres ne sont pas favorables à un trop grand allégement, notamment quand ils enseignent dans les milieux les plus défavorisés. Ils expriment alors leur conviction que la maîtrise du français – que leurs élèves ne peuvent acquérir qu’à l’école – doit être la première des priorités, mieux calibrée sans doute pour chaque étape de la scolarité. Mais selon eux, ce sont d’autres parties du programme qu’il faudrait supprimer pour mettre l’accent sur l’enseignement de la langue." Un débat pour le contenu des futurs programmes.  

 Leçon 5 : rédiger des textes, bof… bof

"92 % des maîtres interrogés estiment travailler de manière satisfaisante la copie, et 94 % la dictée. Pour la rédaction, ils ne sont plus que 52 % à porter ce jugement favorable sur leurs pratiques", explique le rapport. "Si les cahiers des élèves permettent de vérifier que cette dernière affirmation correspond aux réalités, les écrits n’attestent pas nécessairement un enseignement rigoureux du geste d’écriture. L’observation en classe met en évidence que l’écriture cursive et les pratiques de copie sont souvent mal fixées, avec les conséquences en matière de lenteur et d’approximations graphiques que cela aura inévitablement à plus ou moins long terme. Des inspecteurs qualifient les activités graphiques et de copie d’activités bouche-trou ; ils indiquent ainsi que le maître intervient peu et n’accorde guère d’importance à ces tâches qui relèvent d’un rite scolaire et ne sont pas perçues dans ce qu’elles peuvent avoir de formateur."

 Leçon 6 : l’anglais ? La grande mystification

"L’horaire réglementaire indiqué par les programmes pour l’enseignement de la langue vivante étrangère au cycle 2 et au cycle 3 est de 54 heures annuelles, que les enseignants peuvent décliner hebdomadairement en fonction de leur projet pédagogique. Force est de constater que ces horaires ne sont pas du tout respectés dans 90 % des écoles au cycle 2, où ils varient de 30 minutes à une heure. Seuls onze départements déclarent que les élèves bénéficient d’une heure et demie d’enseignement de langue par semaine. Pour ces derniers, quelques inspecteurs précisent toutefois que la réalité est sans doute inférieure à l’horaire porté à l’emploi du temps. Il semble qu’il soit mieux respecté au cycle 3 dans lequel il se décline majoritairement selon la formule de deux fois quarante-cinq minutes par semaine. Mais, d’une part, beaucoup d’enquêtes notent une nouvelle fois que, si cet horaire est bien affiché, il n’est pas sûr qu’il soit effectivement réalisé 13, d’autre part les enseignants eux-mêmes avouent, selon les inspecteurs, qu’ils utilisent assez souvent le temps dédié à l’enseignement de la langue étrangère pour rattraper une leçon de mathématiques ou de français. "On comprend mieux pourquoi le niveau des jeunes français est un des bas faibles d’Europe. Même l’Espagne est passée devant nous !

Leçon 7 : des maths dans les programmes ? Ah, bon !

Le rapport de l’inspection reprend un à un les grands domaines de compétences qu’un enfant doit maîtriser en fin de primaire s’il veut pouvoir progresser au collège. La situation est globalement mauvaise. L’analyse de l’apprentissage des mesures, est un bon exemple. "Au cycle 2, près de deux maîtres sur trois (62 %) estiment qu’ils traitent de manière peu approfondie ou trop succinctement les "unités usuelles de longueur, de masse, de contenance et de temps ; la monnaie". Les notions de contenance et de masse sont jugées par certains enseignants non seulement 'difficiles' à ce niveau, mais 'inutiles', ce qui ne manque pas de surprendre puisque ces deux notions sont omniprésentes dans la vie quotidienne des élèves comme des adultes, qui sont amenés à considérer des canettes et des pack de contenances diverses ainsi que des aliments achetés au poids (masse en langage courant). Presque autant de maîtres (58 %) négligent la "résolution de problèmes portant sur des longueurs", grandeur tout aussi essentielle. Et on constate que, paradoxalement, dans ce domaine pourtant directement en prise avec le réel, les élèves sont trop rarement conduits à observer et à agir sur leur environnement. Les outils de mesurage sont insuffisamment utilisés dans des contextes de nécessité ou d’utilités concrètes. Le calcul de coûts semble, lui, échapper à cette distance au réel, et on rencontre plus fréquemment des situations (voyages scolaires ; achats pour la classe...) où les mathématiques sont bien un outil pour agir. Au cycle 3 également, ce domaine du programme est indiqué comme étudié trop succinctement par un nombre important de maîtres : 36 % pour "longueurs, masses, volumes" ; 21 % pour les aires ; 16 % pour les angles ; 14 % pour "repérage du temps, durées" ; 10 % pour la monnaie… et 19 % pour les "problèmes concrets". Une expérimentation menée par la direction des études et de la prospective du ministère, intitulée PACES, a montré qu’en 6ème les enfants qui retravaillaient ces dimensions progressaient beaucoup plus que les autres qui semblaient s’écrouler par manque de bases.

 Leçon 8 : vous avez dit oral ?

On regrette que l’élève français ait plus de mal à s’exprimer en public que ses camarades des pays voisins. La lecture du rapport permet de comprendre que cette lacune trouve tôt ses racines. "L’enseignement de l’oral n’est pas planifié : il ne bénéficie que très rarement de créneaux dans l’emploi du temps et, surtout, ne fait l’objet d’aucune progression. Il n’y a pas en la matière de critères de progrès clairs pour les maîtres (c’est rarissime) qui ne cultivent pas chez leurs élèves une attention personnelle quant au "bien parler" ou au "bien comprendre". De manière concomitante, il n’y a pas d’évaluation réelle même s’il en existe des traces dans les livrets. Interrogés à ce sujet, les maîtres prennent alors conscience qu’ils confondent en fait souvent "participation" et "langage" : leur évaluation est positive si "un élève prend régulièrement la parole".

Les professeurs rencontrés justifient leur abstention dans ce domaine par les arguments du manque de temps et de l’obstacle du grand groupe : il faut "gérer les leaders" pour permettre à tous de parler, ce qui finalement est quasiment impossible ; par ailleurs, souvent, les enfants ne sont pas intéressés par le discours des autres, des problèmes d’attention apparaissent, voire de l’indiscipline."

Leçon 9 : le "dico", objet d’étude et non d’usage

"La place des dictionnaires ne manque pas d’étonner. Dès le CE1, les exercices sur l’ordre alphabétique sont fréquents et au cycle 3 les activités sur le rangement des mots et sur la lecture d’articles de dictionnaires abondent. Mais alors que le dictionnaire est un objet d’étude attesté, il n’est pas un outil de travail. Rares sont les classes où chaque élève dispose d’un dictionnaire à portée de main et est encouragé à l’utiliser régulièrement dans les tâches de lecture et de rédaction. Interrogés à ce sujet, les maîtres ont tous la même réponse : "ça prend trop de temps".

 Leçon 10 : taper de ses dix doigts

Vous aimeriez que vos enfants apprennent à taper sur un clavier avec leurs dix doigts ? "Au cycle 2, 10 % des maîtres consultés par questionnaire disent mettre régulièrement leurs élèves en situation d’écrire avec un clavier (c’est une composante explicite du programme) et 54 % reconnaissent ne jamais le faire. D’après les observations en situation, c’est sans doute encore trop dire ; aucune trace n’est visible de ce que les élèves produiraient ainsi, sauf dans les cas rares de blogs d’écoles ou de classes, qui mobilisent d’ailleurs plutôt des élèves de cycle 3. Pour ce qui est des supports numériques pour la lecture ou les recherches documentaires, leur usage est compartimenté dans l’esprit des maîtres : "je le fais en sciences" mais ce n’est plus alors pour eux de lecture qu’il s’agit alors que les compétences de lecture y sont sollicitées à l’évidence. Trois arguments, manque de matériel aisément mobilisable, nécessité de travailler en groupes réduits dès que l’on recourt au numérique et temps à consentir pour cela, sont rédhibitoires pour les professeurs rencontrés."

 Conclusion : former les maîtres ou réformer les programmes ?

Le rapport fait le constat que les maîtres n’enseignent pas certains points du programme qu’ils trouvent "trop difficiles", ou "prématurés".

 Les inspecteurs généraux estiment qu’il faudrait "procéder, selon le cas, à un accompagnement des maîtres par de la formation, à des reports sur l’année ou le cycle suivant ou à des ajustements dans les niveaux de maîtrise attendus". Ce qui signifie donc autant revoir la formation des enseignants que les programmes !

 Maryline Baumard

Bien cordialement,

Christian GRZEMSKI,

Conseiller Municipal

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 11:48

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous transmets cet article-information publié le 20 novembre 2013 par :

« Alliance pour le Douaisis »,   

  - Association pour la formation et l'information des adhérents et sympathisants de l'UMP, de l'UDI, de CPNT et des non inscrits divers droite -   

Cet article qui aborde un sujet  très actuel… nous concerne tous ; aussi n’hésitez pas à le diffuser

 

l’aménagement du temps de l'enfant et de l'adolescent.....

Elus, enseignants, parents…  vous voulez vous faire une opinion sur la réforme des rythmes scolaires  ou plutôt  l’aménagement du temps de  l'enfant et ce qu’en pense  une spécialiste » chercheur chrono biologiste »

 Rendez vous sur les sites :

http://www.claireleconte.com/pages/presentation/biographie.html

http://www.claireleconte.com/

http://www.claireleconte.com/videos/

Claire Lecomte : Enseignant-chercheur en psychologie à Lille 3 Spécialiste des rythmes biologiques "Professeur de psychologie de l’éducation sur l’aménagement du temps de  enfant et de l'adolescent .

Bien cordialement

Christian GRZEMSKI,

Conseiller Municipal,

Secrétaire-Adjoint « Alliance pour le Douaisis »

 

vos commentaires par e-mail : agirpourlallaing@aliceadsl.fr

Repost 0
Published by agir pour Lallaing
commenter cet article